Détail ::::::
Activité : Colloque
Titre : 72 - Masculinités & santé
Responsable(s) : Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux
Résumé : S’inscrivant au cœur des études de genre, la recherche académique et les pratiques de recherche-action situées à l’interface entre masculinité(s) et santé se sont considérablement développées dans les dernières décennies. Au départ confinées à des extrapolations épidémiologiques basées sur le constat des prévalences différentielles de certaines pathologies entre hommes et femmes, les réflexions de ce domaine à l'intersection des études de genre et des sciences sociales de la santé produisent aujourd’hui des analyses pertinentes. Elles permettent notamment de renforcer l’analyse des déterminants genrés des inégalités sociales de santé, d’affiner la compréhension du rapport genré à la santé ou encore de bâtir une épidémiologie critique avec les outils des études de genre. Loin de renforcer une revendication masculiniste courante (selon laquelle on se serait « trop » occupé de la santé des femmes), l’approche la plus fréquemment adoptée au sein de ce domaine de recherche consiste au contraire à penser la place des hommes et du masculin dans le domaine de la santé (interactions avec le corps médical, rapport à la maladie, trajectoires de santé, etc.), sans omettre de penser leur inscription dans des rapports de pouvoir dissymétriques. Raewyn Connell a d’ailleurs montré toute l’importance qu’il y a à penser ces différents rapports de pouvoir, ainsi que leurs actualisations dans des contextes locaux et globaux (Connell, 2014). Dans cet atelier, nous souhaitons faire dialoguer des approches théoriques et leurs traductions en pratiques. Nous souhaitons, tout d’abord, réaliser un état des lieux de la recherche portant sur les masculinités en sciences sociales de la santé et ses présupposés épistémologiques. De qui et de quoi parle-t-on lorsqu’on cherche à penser le rapport entre santé et masculinité ? Des hommes ? Du rapport entre hommes et femmes du point de vue des hommes ? Du masculin entendu comme complexion biologique (et donc comme support de pathologies associées au sexe masculin) ? Du masculin comme point nodal de certaines configurations des rapports de pouvoir ? Nous y réfléchirons en ouvrant un débat entre acteur-e-s de santé et chercheur-e-s, en faisant dialoguer des points de vue synthétiques sur ce domaine de recherche et des travaux plus récents, en cours d’élaboration.

Séance : Masculinités & santé - Séance 1 - Penser les masculinités
Animatrice : Arthur Vuattoux 
Auteure : SCHLAGDENHAUFFEN Regis (Université de Lorraine / Labex EHNE)
1 - Enquêter sur le vieillissement des hommes gays : mobilisation des ressources et accomplissement identitaire à partir d'une enquête de terrain
Les "homosexuels âgés" restent une catégorie mystérieuse dans les recherches francophones en sciences sociales. L'objet de cette communication portera sur les résultats d'une enquête menée sur des sites de rencontres (Internet) et au moyen d'entretiens du type récit de vie auprès d'hommes âgés de 60 à 77 ans se disant bisexuels ou gais. Dans un premier temps, il s'agira de mettre en lumière les attentes des hommes âgés en termes de rencontre, de sexualité, de pratiques sexuelles. Puis je chercherai à mettre en lumière comment s'articulent trajectoires biographiques des enquêtés et construction subjective de leur masculinité. Dans une troisième temps, je reviendrai notamment sur la question du vécu homosexuel en termes de carrière, sur les stratégies mises en oeuvre pour vivre leur "sexualité au temps du sida" et enfin, sur le vécu présent et à venir de ces hommes qui font face aux défis du vieillissement
Auteure : Christopher Colvin (University of Cape Town)
2 - Les hommes engagés dans des programmes de prévention de la transmission mère-enfant du VIH
La présentation portera sur les manières dont les dichotomies conventionnelles liées au genre, au soin et à l’intimité ont été travaillées par une intervention de santé publique visant à consolider les programmes de prévention de la transmission materno-infantile du VIH (PTMI) dans la province de Free State en Afrique du Sud. L’intervention a placé des travailleur.es de santé non-professionnel.les (TSNP) dans des cliniques de soins primaires qui offrait de la PTMI ainsi que d’autres services de soin du VIH. Ces travailleur.es devaient aider à améliorer la continuité et la qualité de soins des femmes enceintes vivant avec le VIH, en travaillant avec le personnel de la clinique, les femmes et leurs familles. Dans ce projet cependant, près de la moitié des travailleur.es était des hommes recrutés localement. L’intention des concepteurs du projet était de recruter et de former ces hommes dans le but d’aller à l’encontre des croyances conventionnelles et des normes de genre, selon lesquelles les femmes ne se sentiraient jamais à l’aise avec un travailleur masculin et que ces hommes ne pourraient jamais travailler efficacement avec ces femmes et leurs communautés. Si le projet a rencontré des obstacles certains en termes de normes et pratiques de genre, les hommes travailleurs de santé non-professionnels et les femmes avec lesquelles ils travaillaient ont fait preuve d’une volonté et d’une capacité à travailler efficacement ensemble. Cette présentation revient sur cette expérience et sur les leçons que l’on peut en tirer concernant le genre, le soin et l’intimité.
Séance : Masculinités & santé - Séance 2 - Agir pour l’équité de genre (gender justice)
Animatrice : Hélène Bretin 
Auteure : Gilles Tremblay (Université Laval)
1 - Principaux débats internationaux sur les modèles explicatifs en matière de santé des hommes
En 2009, le célèbre congrès international sur la santé des hommes de Vienne se déroulait sous le thème “Why Men Die Earlier and Suffer More”, titre choc qui sans doute manque quelque peu de nuances. Pourtant, même si les données sont probantes depuis plusieurs années démontrant des résultats inquiétants concernant la santé des hommes, on ne peut qu’observer que très peu de pays à ce jour se sentent concernés (Wilkins & Savoye, 2009); en fait, seuls trois pays ont adopté une politique spécifique (Australie, Brésil et Irlande). Engagé dans les études sur les hommes et les masculinités depuis plus de 30 ans et après avoir rencontré des collègues chercheurs et des ONG travaillant avec les hommes dans une vingtaine de pays, je soumets ici un papier qui vise à présenter les principaux modèles explicatifs ayant cours actuellement pour tenter de comprendre la santé des hommes. Un état de situation sera soumis à partir de données tirées de l’Organisation mondiale de la santé, puis seront exposés les principaux modèles théoriques explicatifs, particulièrement ceux élaborés aux États-Unis (Courtenay, 2000, 2009), au Canada (Bortoff, Oliffe, Kelly & Chambers, 2012) et au Québec (Tremblay, Cloutier & Antil), en Australie (Connell,1994, 2009 ; Macdonald, 2005, 2012) et en Angleterre (Anderson, 2009; Robertson, 2007). Pour terminer, quelques exemples seront présentés d’initiatives qui peuvent stimuler les interventions en santé des hommes, notamment en Australie et au Cambodge. En cette période du « village global », il convient de s’ouvrir sur le monde pour offrir de nouvelles alternatives pour mieux comprendre et inetrvenir sur des phénomènes complexes.