Détail ::::::
Activité : Colloque
Titre : 277 - Archi-féministes! : au croisement des savoirs et des pratiques artistiques
Responsable(s) : Marie-Ève Charron, Marie-Josée Lafortune et Thérèse St-Gelais
Résumé : Codirigé et modéré par Marie-Ève Charron, Marie-Josée Lafortune et Thérèse St-Gelais, le colloque Archi-féministes!, organisé par OPTICA, centre d’art contemporain, s’inscrit dans la thématique Pratiques féministes, militantisme et mouvement des femmes de l’édition 2015 du CIRFF. Il se penchera sur les enjeux historiques et actuels du féminisme en termes d’activisme, de mobilisation citoyenne et de communautés d’intérêt en soulignant l’impact sur la pratique artistique et l’histoire de l’art. Le colloque se compose de contributions présentées sous la forme de communications orales et de manifestations artistiques. Elles aborderont, entre autres, la discipline de l’histoire de l’art et sa construction, lesquelles ont été maintes fois interrogées à l’intérieur des engagements féministes. Compte tenu d’un regain d’activisme dans les pratiques féministes contemporaines qui s’exprime, par exemple, par l’entremise de travaux de couture ou de tricot, elles commenteront également cette réappropriation d’un savoir-faire longtemps confiné à l’espace privé et domestique, redevenu porteur d’enjeux identitaires et de discours féministes transformés. La résurgence du féminisme sera enfin examinée à travers les pratiques qui persistent à faire résistance et qui obligent à revoir les déterminismes sociaux. Nous souhaitons surtout présenter des regards originaux sur les savoirs et les modèles d’actions féministes en privilégiant un contexte interdisciplinaire et la mise en avant de certaines innovations conceptuelles et méthodologiques qui résultent d’un maillage entre interventions théorique et artistique. Ces interventions témoigneront des modèles d’action d’ici, soulignant la réalité propre au territoire québécois. Il importe dans ce colloque que la parole soit donnée à des chercheur-e-s mais également à des artistes, les deux statuts se confondant parfois dans l’activisme de leurs positions féministes. Constitué de trois séances, le colloque se tiendra sur une journée.

Séance : Archi-féministes! : au croisement des savoirs et des pratiques artistiques - Séance 1 – Engagement féministe et histoire de l’art
Animatrice : Thérèse St-Gelais 
Auteure : Philippe Dumaine (projets hybris / UQAM)
1 - Norme, races, désirs : pour une pratique radicale de l’histoire de l’art
Le travail d’appropriation fait partie des stratégies de prédilection des artistes postmodernes. À partir d’œuvres qui utilisent ce procédé (Sherrie Levine, 2fik, Mickalene Thomas), j’entends poser les bases d’une réflexion épistémologique sur le caractère normatif de la discipline de l’histoire de l’art. Surtout, mon intention est ici de réfléchir à la position de l’historien.ne, et à une possibilité de construire une pratique radicale de l’histoire de l’art. Pour ce faire, j’utiliserai les écrits d’auteur.e.s qui, dans la foulée de Michel Foucault et Monique Wittig, ont formulé des critiques queer des disciplines normatives (Judith Jack Halberstam, Lee Edelman, José Esteban Muñoz, Elisabeth Freeman).
Auteure : marie-claude bouthillier (Optica)
2 - Vie d’Artiste
Il s’agit d’une présentation-performance où je compte tirer les cartes devant public à partir de mon jeu « Vie d’Artiste » afin d’aborder divers aspects de ma pratique et de mon engagement en tant qu’artiste. Le récit se construira au fur et à mesure et au hasard des cartes tirées, entrainant des récits divergents, des dialectiques imprévues, des rencontres fortuites entre les idées suggérées par les cartes. Je suivrai également ce protocole pour répondre aux questions de l’assistance.
Séance : Archi-féministes! : au croisement des savoirs et des pratiques artistiques - Séance 2 – Discours féministes repris et transformés
Animatrice : Marie-Josée Lafortune 
Auteure : Johanne Sloan (Université Concordia)
1 - Écho d’un récit féministe
Quand l’artiste canadienne Joyce Wieland s’est tournée vers des questions féministes dans les années 1960 et 1970, les résultats artistiques ont souvent pris comme point de départ la tradition des courtepointes et de la couture en général. Récemment, Cynthia Girard a créé des bannières qui font référence aux œuvres de Wieland, tandis que l’engagement politique de l’artiste montréalaise est ancré dans un contexte contemporain. Le lien entre ces pratiques artistiques nous permet de nous demander comment un discours féministe peut être repris et transformé.
Auteure : Catherine Lalonde (La Centrale Galerie Powerhouse)
2 - Engagement et mobilisation actuels
La Centrale Galerie Powerhouse propose une plateforme pour les artistes en arts actuels qui entre en dialogues avec les féminismes. À la lumière de la dernière publication de la Centrale, Impact féministe sur l’art actuel, la centrale à 40 ans, qui propose une collection de textes et d’images d’artistes et chercheuses qui réfléchissent au quarante ans d’engagement du centre, nous nous questionnerons maintenant sur les nouvelles formes de résistances, de féminismes et de mobilisations ; nous observerons les transformations et les nouveaux paradigmes dans lesquels s’inscrit le centre ; et nous examinerons certaines démarches de membres artistes, au regard de leurs réalités et engagements politique et social.
Séance : Archi-féministes! : au croisement des savoirs et des pratiques artistiques - Séance 3 – Savoirs et féminisme en actions
Animatrice : Marie-Ève Charron 
Auteure : Arkadi Lavoie Lachapelle (Optica, Colloque Archi-Féministe!)
1 - Foyers en irruption, Femmes en feu : Je m’aime comme je jouis, mais qui jouis-je ?
Pourquoi avons-nous la nausée lorsque nous lisons le nom du restaurant Ma grosse truie chérie ? Pourquoi ça semble si rassurant pour notre beau-frère de prédire que nous serons enseignantes en arts plastiques au primaire? Pourquoi les blagues sexistes et misogynes entendues à la Ligue d’improvisation nous ont fait rire ? Savions-nous que la chasse aux sorcières était un des business très lucratif à la Renaissance ? Pour toutes ces questions, un réseau complexe d’hypothèses, de gestes et d’actions ; dans le discours senti, chante l’espiègle tambour : Un bon, cunni, jamais ne sera vaincu ! Et sa puissance des tremblements.
Auteure : Giovanna Zapperi (EHESS)
2 - « Le féminisme a été ma fête » : Carla Lonzi, la politique à l’œuvre
Le point de départ de mon intervention sera une actualisation du féminisme séparatiste de Carla Lonzi (1931-1982) critique d’art, puis féministe dans l’Italie des années 1960-70. Je voulais proposer une lecture transversale de ses textes à travers un regard rétrospectif susceptible d’en mettre en évidence les croisements entre les domaines de la politique, de la subjectivité et de la créativité. Carla Lonzi, qui abandonne la critique d’art pour le féminisme, choisit de se séparer (du monde de l’art, de la culture patriarcale) afin de se constituer en tant que sujet. Décrit en tant qu’irruption imprévue dans le continuum de l’histoire de l’oppression de la femme, le sujet féministe s’articule pour Lonzi à une dimension collective. Son intérêt constant pour l’art et la créativité s’exprimera tout au long des années 1970 par la tentative d’inventer des formes de vie et de créativité alternatives, dont on essayera de mettre à jour les résonances avec les problématiques qui traversent les luttes féministes contemporaines.