Détail ::::::
Activité : Atelier
Titre : 294 - Table ronde : Les congés parentaux et ses influences sur l’égalité dans le couple
Responsable(s) : Olivier Lamalice
Résumé : La politique familiale du Québec s’est enrichie en 2006 du Régime québécois d’assurance parentale, offrant des congés parentaux s’approchant du modèle scandinave. Les statistiques les plus récentes démontrent que près de 80% des pères québécois prennent un congé de paternité et, de ceux-ci, plus de 90 % le prennent dans sa totalité. En dehors de ce congé réservé au père, les hommes sont encore relativement peu nombreux à utiliser le congé parental partageable. Cette situation s’inscrit dans un contexte plus large où le travail domestique et familial se fonde encore sur une division sexuelle du travail. Suivant les différentes mesures du partage du travail domestique et parental, on peut affirmer qu’au moins les deux tiers des tâches domestiques sont encore accomplis par les femmes. Malgré un investissement du temps des hommes dans la sphère domestique et familiale en croissance au cours des dernières décennies, les femmes ne s’en désengagent pas proportionnellement. L’écart de temps entre l’engagement des hommes et des femmes demeure sensiblement le même. Le travail domestique et parental demeure un objet de recherche peu investi par les sciences sociales alors qu’il est au cœur du maintien des inégalités entre les sexes. Cette table ronde propose de réfléchir sur l’organisation des congés parentaux, le partage du travail domestique et familial, les modalités de la discussion et de la négociation entourant ces décisions individuelles, les facteurs qui favorisent la prise en charge égalitaire du travail parental et domestique dans les couples, ainsi que les actions structurantes à poser pour encourager une participation égalitaire des hommes et des femmes dans le travail parental et domestique.

Séance : Les congés parentaux et ses influences sur l’égalité dans le couple
Animatrice : Olivier Lamalice 
Auteure : Olivier Lamalice (Conseil du statut de la femme)
1 - Pour un partage équitable du congé parental
Au Québec, près de 10 ans après l’adoption du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP), les congés de paternité et parental favorisent-ils l’égalité dans le couple? Nous avons mené une enquête auprès de parents québécois. Les couples rencontrés avaient beaucoup de points en commun : les pères ont tous utilisé l’ensemble du congé de paternité leur étant réservé (jusqu’à 5 semaines), mais peu ont eu recours au congé parental partageable (jusqu’à 32 semaines). Généralement, ils assument moins de tâches domestiques et de soins aux enfants que leur conjointe et la charge mentale (c’est-à-dire la planification, la préparation, la prévision et souvent la délégation des tâches) repose de façon disproportionnée sur les femmes. Cette tendance a été observée chez presque tous les couples rencontrés, à des degrés divers. Certains pères, ayant pris un long congé, ont reconnu avoir une meilleure compréhension de la tâche qu’impliquent les soins d’un nouveau-né et le travail domestique. L’enquête révèle aussi que la prise d’un congé parental fait rarement l’objet de longues discussions dans un couple, l’idée semble persister que le congé parental est la responsabilité de la mère et lui reviendrait «naturellement». En somme, La division sexuelle du travail constitue toujours une réalité chez les nouveaux parents québécois. Même en faisant la promotion de mesures d’articulation travail-famille, l’égalité entre les sexes ne progressera pas si les femmes demeurent presque les seules à s’en prévaloir.
Auteure : Dominique Tanguay (Université Laval)
2 - La division sexuelle du travail chez des couples dont au moins un membre est inscrit aux études doctorales : l’égalité déjà là?
Cette communication s’intéresse à la division sexuelle du travail chez des couples dont au moins un des membres est fortement scolarisé. Alors que le discours de « l’égalité-déjà-là » défend l’idée que les couples partagent de façon égalitaire sinon équitable le travail domestique et de soins, notre recherche révèle des écarts persistants, même chez ces couples parfois désignés comme des « modèles ». Nous porterons notre attention sur différents facteurs qui semblent avoir une incidence sur la division sexuelle du travail, notamment l’occupation du parent qui n’est pas inscrit aux études doctorales et l’âge des enfants. Une comparaison entre les couples où le père est doctorat et ceux où la mère est doctorante sera aussi effectuée.
Auteure : Marie-Eve Surprenant (Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF))
3 - Jeunes couples en quête d’égalité
Au-delà du mythe de l′égalité-déjà-là, l′auteure s′intéresse aux représentations et aux pratiques des jeunes dans le couple et la famille. Par le biais d′entrevues menées auprès de jeunes entre 20 et 30 ans à différentes étapes de leur vie (célibat, couple et famille), la présente recherche vise à déterminer s′il existe des étapes charnières au cours desquelles les inégalités apparaissent et ainsi tente d′identifier les facteurs qui favorisent la mise en place de pratiques égalitaires ou non. À travers une typologie des pratiques qui se décline en trois modèles de parentalité, l′on constate que les modes d′organisation domestique et familiale des jeunes sont encore marqués par la division sexuelle du travail. Un regard sur la quête d’égalité des jeunes, à travers le travail ménager, les soins aux enfants et la conciliation travail-famille.