Détail ::::::
Activité : Colloque
Titre : 379 - Militarisme: masculinités, violences et protection
Responsable(s) : Vanessa Gauthier Vela et Sébastien Tremblay
Résumé : Le militarisme est une force qui s’adapte selon l’interrelation avec les structures sociales en place et les contextes dans lequel il s’insère. Ainsi, les répercussions d’un conflit armé et du discours (hetero-) patriarcal militariste sont plurielles. L’activité proposée se veut une vision multidisciplinaire sur différents aspects choisi du militarisme. L’étude des effets sur la vie des femmes, l’examen de certaines masculinités et l’intérêt pour le concept de protection peut ainsi lier une analyse féministe à une analyse anti-hétérosexiste et examiner de cette manière les différentes violences patriarcales tout aussi bien chez les civil-e-s que chez les militaires, autant dans la matérialité que dans les discours. Comprenant une partie table-ronde précédée de communications orales, cette activité sera ancrée dans l’échange et bénéficiera tout aussi bien de perspectives théoriques que d’un discours plus pratique issu du milieu militant. Avertissement: il nous apparait nécessaire de mentionner que cette activité fera mention de violences sexuelles et d’homophobie.

Séance : Militarisme: masculinités, violences et protection - Séance 1 - communications: Sécurité Internationale, État et nationalisme
Animatrice : Martine Eloy 
Auteure : Vanessa Gauthier Vela (IREF-UQAM)
1 - L'État et la construction des masculinités militarisées: une question de légitimité et d'autorité
Cette présentation se penchera sur la relation existante entre l'État et la culture militaire patriarcale. Le point de départ est l'insécurité des civiles dans un contexte de conflit armé, plus spécifiquement les violences sexuelles commises par des militaires sur des civiles alliées. Par une théorisation ancrée dans les études féministes et les études critiques en Relations internationales, cette présentation soulèvera les dynamiques particulières qui permettent à des militaires d'agresser sexuellement des civiles qui ne sont pas définies comme leurs ennemies. Nous utiliserons plus particulièrement les théorisations de Paul Higate sur les masculinités militarisées et de V. Spike Peterson sur les intérêts de l'État patriarcal pour éclairer le cas de l’Armée rouge à la Seconde guerre mondiale sur le Front de l’Est. En nous penchant sur l’État et l’armée comme étant des constructions patriarcales qui utilisent activement l’idée de masculinité comme ressource pour établir et renforcir leur légitimité et leur autorité, nous analyserons ainsi les liens entre l'État, les masculinités et l'institution militaire. Cette présentation expliquera comment les masculinités militarisées servent un État en guerre, sa promotion et la promotion de ses combattants, au détriment de la sécurité des civiles. De cette manière, nous démontrerons que l'État, en tant que structure ancrée dans le patriarcat, a des intérêts à encourager et reproduire des masculinités militarisées, ce qui se répercute autant dans la théorisation en science politique, que dans le droit international ou dans les normes que s’échangent les militaires.
Auteure : Béatrice Châteauvert-Gagnon (University of Sussex)
2 - Quand les femmes en ont marre: protection, parrêsia et performativité en Sécurité Internationale
Foucault consacra ses derniers cours au Collège de France à la notion de parrêsia. Concept émergeant en Grèce antique, parrêsia se traduit littéralement en français par franc-parler : il s’agit d’une pratique politique par laquelle l’oratrice « dit la vérité », parle franchement devant une assemblée ou une personne en position d’autorité. Se faisant, la parresiaste risque sa liberté, voire sa vie, car elle conçoit ce franc-parler comme un devoir. En énonçant des vérités inconfortables aux pouvoirs en place, la pratique de parrêsia détient le potentiel de contester/secouer/défier les institutions et discours dominants. Dans cette présentation, nous explorerons certaines figures dissidentes de femmes qui occupent une position de protection; des dénonciatrices/lanceuses d’alerte (whistleblowers), aux vigilantes, super-héroïnes et justicières. Comprises comme parresiastes, nous explorerons ces figures en lien avec les différentes logiques de protection qui sous-tendent la Sécurité Internationale. En effet, nous tenterons de démontrer non seulement que les narrations à la base de la Sécurité Internationale reposent sur des logiques genrées et racisées de protection, mais que ces logiques sont aussi performatives. En définissant les rôles de protecteurs et de protégées, ces logiques ne font pas que décrire les « réalités » de la protection et de la sécurité, elles construisent ces mêmes réalités érigées en vérités. En délimitant les catégories de ceux qui protègent et de celles qu’on protège (mais aussi par le fait même de celles qu’on ne protège pas et de celles qui sont même non-protégeables), ainsi qu’en définissant les menaces justifiant ce besoin de protection, elles construisent des réalités sécuritaires. Réalités auxquelles on croit, en échange d’un sentiment de sécurité et malgré toutes les preuves du contraire. En agissant comme des parresiastes, ces figures dissidentes de protectrices dérangent et rompent la répétition performative de ces discours sécuritaires, en pointant du doigt leurs exclusions, échecs et contre-exemples.
Auteure : Sébastien Tremblay (Freie Universität Berlin / Humbolt Universität zu Berlin)
3 - « Vaincre comme un homme »: Les Masculinités militarisées états-uniennes juives et homosexuelles confrontées aux idéaux types de l'hégémonie nazie
La recherche en histoire globale [Global History] a permis de prouver comment les flux migratoires et les entrecroisés politiques enlacent l’évènementiel au niveau local. Cette présentation s’inspire d’une méthodologie issue des récentes études en histoire globale et en histoire du genre et démontrera comment un conflit armé international agit comme vecteur transnational historique pour redéfinir différentes formes de masculinité en entremêlant différentes hégémonies au local et au global [glocal]. S’ancrant sur les travaux de Dagmar Herzog sur les politiques sexuelles nationales socialistes et s’inspirant des écrits de Sonya Rose sur les masculinités afro-américaines en Angleterre durant la Deuxième Guerre mondiale, cette présentation établira comment les soldats états-uniens redéfinirent leur masculinité en fonction de celle des soldats nazis après le début de l’occupation d’après-guerre en zone états-unienne dans le sud-ouest de l’Allemagne. Précisément en analysant les distinctes manières de se conformer à un idéal type hégémonique, nous examinerons plus particulièrement comment les G.Is homosexuels et juifs ont pu ancrer leur masculinité sur la défaite d’un idéal type aryen, antisémite et homophobe présenté par ceux ayant été vaincus. Se faisant, des recherches dans les archives institutionnelles alliées et allemandes seront jointes à des sources plus personnelles, afin d’illustrer comment l’histoire des émotions, telle que théorisée entre autres par Jan Plamper, peut aider les historien-nes à comprendre les multiples facettes de la construction masculine telle qu’exprimée par des soldats, qu’ils soient du côté des vainqueur-es ou des vaincu-es.
Séance : Militarisme: masculinités, violences et protection - Séance 2 - table ronde : Militarisme et masculinités: pistes analytiques, bases théoriques et critiques féministes
Animatrice : Béatrice Châteauvert-Gagnon 
Auteure : Martine Eloy (Échec à la guerre/Fédération des femmes du Québec)
1 - La montée du militarisme: une mauvaise nouvelle pour les femmes
-
Auteure : Émilie Beauchesne (UQAM)
2 - Le spectre des masculinités : de héros à bourreau. Le cas de l'ex-colonel Russell Williams
-
Auteure : Sébastien Tremblay (Freie Universität Berlin / Humbolt Universität zu Berlin)
3 - Être un homme à “l’heure zéro”: confrontation masculine transatlantique, sexualité et idéals types en Allemagne d’Après-Guerre
-
Auteure : Vanessa Gauthier Vela (IREF-UQAM)
4 - Le soldat est un “homme”: comment deux constructions se forment de manière concomitante par leur ancrage dans le patriarcat
-