Détail ::::::
Animatrice : Anne-Marie Lizin (Global Network for Rights and Development (GNRD-W))
Titre : La féminisation des noms et des fonctions
Résumé : Global Network for Rights and Development (GNRD-W) propose un colloque en collaboration avec Cent Tambours Milles Trompettes (CTMT) et Mme Viennot, membre de l’Institut universitaire de France, qui abordera le sujet de la féminisation des noms et des fonctions. Ce colloque permettra aux participants et participantes de partager leurs expériences et de débattre de la question du comment la création d’un nouveau langage féministe pourrait faire avancer la pensée féministe ainsi que les pratiques.

Auteure : Claude KAZADI LUBATSHI (CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES)
1 - Édition des « Dictionnaires, du Féminin au Masculin » : une nouvelle chance à l’égalité pratique femme-homme
Les instruments juridiques et programmes de développement internationaux actuels, notamment ceux du système des nations Unies, contribuent considérablement à l’égalité Femme-Homme. Une des façons de consolider les acquis en matière de l’égalité entre les deux sexes est aussi l’édition des « Dictionnaires, du Féminin au Masculin » c’est-à-dire édition des Dictionnaires toujours en deux versions : l’une partant du masculin au féminin (c’est le cas avec tous les dictionnaires édités actuellement, toutes les langues confondues) et l’autre orienté du féminin vers le masculin Ex1 : directeur, directrice (ordre de présentation dans le dictionnaire actuel) Ex2 : directrice, directeur (ordre de présentation dans le dictionnaire à éditer) Les dictionnaires, du « Féminin au Masculin » seront édités pour les objectifs suivants: - Rendre la problématique de l’égalité des sexes plus visible au quotidien et aider les plus jeunes à en prendre connaissance, à la comprendre et à s’impliquer plus tôt dans l’application des programmes élaborés, des résolutions votées et des stratégies peaufinées (aux plans nationaux et internationaux); - Promouvoir plus efficacement les droits de la femme; - Accroître l’engagement sur l’égalité entre les Femmes et les Hommes - Constituer une symbolique de taille à même de susciter des débats constructifs sur l’égalité des sexes et les droits de la femme Les questions relatives aux aspects juridiques et sociolinguistiques, aux objectifs secondaires, à la stratégie des activités, à la concurrence par rapport aux publications similaires, à la part du marché, à la stratégie marketing, au plan opérationnel, à l’analyse des forces, des faiblesses, des possibilités et des menaces (FFPM), seront débattues au cours du congrès.
Auteure : Anne-Marie Lizin (Global Network for Rights and Development (GNRD-W))
2 - Machisme Linguistique
En Communauté Wallonie-Bruxelles en Belgique, un décret de 15 ans désormais a féminisé les noms de fonction. Ces pratiques ont été acceptées avec réticence puis finalement avec humour, et sont désormais entrées réellement en œuvre. Il reste des zones d'ombre: facteur, factrice, etc et je souhaite les analyser pour faire encore progresser ces comportements. La féminisation des fonctions est souvent barrée par les femmes elles-mêmes, notamment en France, dans une volonté de mimétisme regrettable. Cela n'a pas été le cas dans la Belgique francophone: analyse des raisons structurelles
Auteure : Eliane Viennot (l'Institut universitaire de France)
3 - Féminiser la langue française ou la respecter ? La masculinisation du français depuis le XVIIe siècle
La plupart des initiatives visant à infléchir la langue française pour rendre plus visibles ou plus audibles les mots et les tournures qui représentent les femmes prônent sa « féminisation ». Et la plupart des personnes ou des institutions qui s’y refusent dénoncent ces initiatives comme contraires au fonctionnement de la langue et venues d’une confusion entre le domaine de la grammaire et celui de la société – quand ce n’est pas des idées farfelues des féministes du Nouveau Monde. Ce désaccord très idéologique repose sur une méconnaissance de l’histoire du français. L’origine et les usages de cette langue l’avaient en effet conduite à des traitements quasi égalitaires des deux sexes, jusqu’à ce que des intellectuels clairement opposés à l’égalité entreprennent de la masculiniser. Effort laborieux : de préconisations en interdictions, il leur a fallu batailler jusqu’au beau milieu du XIXe siècle pour aboutir au résultat que nous connaissons. Un résultat partiel, toujours mis en échec par le fonctionnement organique du français, toujours objet de polémiques… et qu’il ne tient qu’à nous d’annuler. — Éliane Viennot s’intéresse aux relations de pouvoir entre les sexes en France. Elle a publié dans ce domaine une quinzaine de volumes et fondé la Société internationale pour l'étude des femmes de l'Ancien Régime (SIEFAR). Dernier livre paru : Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française (éd. iXe, 2014).