Détail ::::::
Animatrice :  ()
Titre : 225 - Traduire le projet et les savoirs féministes dans l’éducation et la formation : pédagogie, théorisation, stratégie, intervention - Séance 3 - Stratégie : objectifs, contextualisation, alliances
Résumé : -

Auteure : Nadine Plateau (Sophia)
1 - Intégrer le genre dans l’enseignement obligatoire
Mon intervention portera sur le rôle de l’associatif féministe dans l’intégration de la question de l’égalité des sexes dans l’enseignement obligatoire. Je retracerai les diverses phases de cette intégration en montrant la spécificité innovante du mouvement féministe. Tout d’abord, ce sont des groupes ou associations féministes qui ont réussi à «problématiser» cette question alors qu’elle était tenue, par les autorités en matière d’enseignement, pour acquise depuis la généralisation de la mixité dans les années 70. Il a fallu la conjonction de deux facteurs pour que l’égalité des sexes soit mise à l’agenda politique : d’une part, la reconfiguration du mouvement des femmes dans le sens d’une professionnalisation et d’autre part, l’instauration d’une politique publique d’égalité au cours des années 80. Ensuite, ce sont encore des associations féministes qui ont travaillé en collaboration avec les structures instituées visant l’égalité des sexes pour tenter d’intégrer cette question dans les plans d’action, décrets et diverses mesures prises par le ministère de l’enseignement. Etant donné l’absence d’un plan global d’égalité dans le domaine éducatif, les associations ont adopté une démarche pragmatique en saisissant les opportunités pour émettre revendications et propositions, démarche suivie d’effets comme dans le cas des manuels scolaires ou de la formation initiale des enseignant-e-s. Enfin, ce sont toujours des associations féministes qui ont conçu et mis en œuvre des alternatives ou actions pilotes en s’appuyant sur leurs réseaux et en sollicitant des subsides auprès des instances chargées d’égalité au niveau national ou international. Ces expériences, d’abord à petite échelle, ont été prolongées dans des projets impliquant le ministère de l’enseignement et visant l’ensemble de la communauté scolaire comme la construction d’un module en ligne «égalité filles/garçons à l’école» au sein de l’enseignement à distance. Il serait prématuré de parler d’intégration du genre à tous les niveaux du système éducatif mais il est clair que les associations féministes ont réussi à donner à cette question visibilité et légitimité.
Auteure : Farinaz Fassa (Université de Lausanne)
2 - Entre politiques et pratiques : des volontés égalitaires?
-
Auteure : JOELLE MAGAR-BRAEUNER (Université Paris 8 et UQAM)
3 - Pour une reconnaissance de l’articulation des rapports sociaux dans les stratégies éducatives : analyse de la polémique française sur les « ABCD de l’égalité
L’évènement des « Journées de retrait de l’école » en 2014, consécutif à la polémique concernant un dispositif d’éducation à l’égalité proposé dans l’enseignement élémentaire en France, constitue un phénomène de cristallisation qui rend visible l’articulation des rapports sociaux de classe, de sexe, de race et de sexualité. Cet évènement soulève des questions qui s’adressent tant à l’école qu’au mouvement féministe. Les questions qui en forment l’épicentre sont celles de la sexualité, inscrivant l’évènement lui-même dans la généalogie des offensives sur ce qui a été dénommé « la-théorie-du-genre », et participant ainsi, sous une nouvelle forme, à la politisation de la sexualité en France. Par sa soudaineté et son efficacité, il a surpris tous les acteurs de l’école (élèves, enseignant.e.s, parents, cadres) et témoigne de la réaction au questionnement des frontières établies entre les sphères de l’école et de la famille, frontières qui prolongent la fiction d’une séparation entre le privé et le politique. En resituant l’évènement et ses effets, dans le contexte plus large de « l’éducation à l’égalité » dans l’espace scolaire, et à partir d’observations menées dans plusieurs établissements, il s’agira de mettre en évidence la nécessité de prendre en compte la co-construction des rapports sociaux dès lors qu’une stratégie féministe est élaborée dans le champ éducatif.