Détail ::::::
Animatrice :  ()
Titre : L’intersectionnalité en action : méthodes et pratiques pour le renouvellement de projets féministes émancipatoires - Séance 1
Résumé : Précédé d'un mot de bienvenue et présentation du Pôle de réflexion et d’action sur l’intersectionnalité du Protocole UQAM/Relais-femme par Lyne Kurtzman, Service aux collectivités, UQÀM

Auteure : Rachel Chagnon (UQAM)
Le-s co-auteure-s : Dania Suleman (Université du Québec à Montréal)
1 - Femmes, égalité et liberté de religion : histoire légale d'un conflit intersectionnel
Le débat sur l'étendue et les limites de la liberté de religion a fait couler beaucoup d'encre au Canada. Bien souvent, c'est le droit à l'égalité entre les femmes et les hommes qui est invoqué à titre de contrepoids à un droit à la liberté religieuse revendiqué dans un contexte jugé patriarcal. Mais, qu’en est-il lorsque la personne qui invoque le droit à la pratique de la religion est une femme ? Comment le féminisme intersectionnel peut-il conceptualiser cette réalité ? Comment le droit l'appréhende-t-il ? À travers différents cas : revendication du droit à l'annulation religieuse de son mariage, exigence de porter un niqab pour témoigner, réflexion sur la criminalisation de la polygamie etc, nous amorcerons une réflexion sur cette épineuse question.
Auteure : Catherine Flynn (Université d'Ottawa)
Le-s co-auteure-s : Dominique Damant (Université de Montréal); Geneviève Lessard (Université Laval)
2 - Projet Dauphine : Laisser la parole aux jeunes femmes de la rue et agir ensemble pour lutter contre la violence structurelle
Cette recherche-action participative présente la façon dont sept jeunes femmes de la rue (18-23 ans) de Québec ont fait l’expérience de la violence structurelle. Ce projet a également documenté les stratégies déployées par celles-ci pour prévenir, surmonter et résister à cette violence. Une pré-analyse des données réalisées avec les participantes a permis de dégager qu’elles ont fait l’expérience de la violence structurelle dans différents contextes, comme au sein des services de protection de la jeunesse, du système d’éducation, de l’appareil judiciaire, du marché de l’emploi et du logement. Une analyse de contenu réalisée à l’aide d’une grille d’analyse intersectionnelle inspirée de celle de Yuval-Davis (2006) a révélé deux schèmes de violence structurelle ; l’exclusion sociale et le contrôle social se sont manifestés dans les dimensions représentationnelle, organisationnelle et expérientielle et se renforcent mutuellement de façon cyclique. La plupart stratégies expérimentées par les participantes pour surmonter l’exclusion sociale et combler leurs besoins fondamentaux les ont exposées au contrôle social. Le contrôle social a exacerbé les difficultés financières des participantes et a accru leur crainte de subir de l’exclusion. Ces deux manifestations de la violence structurelle ont également placé les participantes à risque d’être harcelées, sollicitées ou agressées sexuellement. Cette présentation illustre également deux stratégies axées sur les arts et développées par les participantes pour prévenir, surmonter et résister à la violence structurelle.