Détail ::::::
Animatrice :  ()
Titre : Contamination des frontières, des espaces et des disciplines - Le filibustierE que je suis ou comment queeriser la méthodologie, le canon, les disciplines et l’université
Résumé : -

Auteure : marie helene bourcier (Université Lille 3)
1 - Queeriser l’académie néolibérale par la performance : Zarra Bonheur contre Descartes
Dans la lignée des performances féministes des années 70, les corps et les sexualités sont au coeur des pratiques artistiques queer dont l’objectif est une prolifération des genres et des corps anormaux plutôt qu’une déconstruction des genres théorique et a-politique. L’objectif de cette présentation est de montrer comment se construisent ces pratiques artivistes queer et quel est leur potentiel de résistance au biopouvoir ainsi qu’à ses prolongements néolibéraux actuels. Celui-ci module les corps et les genres à l’aide, entre autres, de cette scienta sexualis exposée par Foucault et qui relève d’une scienta sexualis horribilis que visualise avec brio la série états-unienne American Horry Story. En quoi l’ancrage des pratiques artivistes queer dans les subcultures sexuelles et la visualisation sont déterminants ? Comment renégocient-elles la « frontière » privé-public en s’inscrivant en faux contre la reprivatisation de la sexualité et la dépolitisation du féminisme et des mouvements LG en passe de développer un « homosexualisme ». En bref, quid de la démystification de la fiction de la différence sexuelle et du sujet libéral qui est au cœur de la modernité et du modernisme euroaméricain ?
Auteure : Charlotte PRIEUR (Université Paris-Sorbonne)
2 - Comment faire entendre les questions de sexualité à l’université ? Méthodes pédagogiques et positionnements des enseignant.e.s ?
Les questions li es la sexualit ne sont pas des questions neutres. Elles soul vent des tabous, des questionnements et sont souvent consid r es comme relevant de l intime. Je suis un.e g ographe queer enseignant dans certains cours les g ographies du genre et des sexualit s ainsi que les g ographies queers. J ai rapidement remarqu que cela diff re grandement de l enseignement de la g ographie urbaine ou de la g ographie historique. Le positionnement des professeur.e.s, qu i.elles soient plus ou moins explicitement h t rosexuel.le.s, homosexuel.le.s ou queers, peut changer la perspective que les tudiant.e.s ont du cours qui est donn ainsi que la qualit de leur coute, les amenant parfois nier la scientificit de ces tudes et se retourner plus ou moins violemment contre les professeur.e.s, en les accusant de pros lytisme ou d h t rophobie. Face des situations v cues dans le cadre de mon enseignement, je m interrogerai sur la pertinence de l enseignement des cours sur les sexualit s par des personnes non-h t rosexuelles ainsi que sur la mise en danger mise en danger personnelle que cela repr sente pour les professeur.e.s ayant fait leur coming out au sein de l universit . Je proposerai des m thodes permettant de couper cours l ventuelle homophobie et/ou transphobie qui peut alors s exprimer de la part des tudiant.e.s notamment gr ce au co-teaching, mais aussi en s appuyant sur des documents de r f rence ou certains types de production scientifique (cartes, recherches quantitative ).personnelle que cela repr sente pour les professeur.e.s ayant fait leur coming out au sein de l universit . Je proposerai des m thodes permettant de couper cours l ventuelle homophobie et/ou transphobie qui peut alors s exprimer de la part des tudiant.e.s notamment
Auteure : zoé adam (université de Lille 3)
3 - Pratiques à la carte ? Une cartographie queer et transhackféministe à compléter
-Peut-on épingler les initiatives pour faire apparaître un réseau là où des collectifs agissent de façon isolée et quelle serait la spécificité de ce féminisme en France ? Peut-on faire apparaître en pointillés les ruptures entre pensées et pratiques, entre différents groupes, différents lieux, différentes temporalités ? Avec cette intervention, nous proposerons une cartographie plus mentale que géographique, embrassant plusieurs perspectives à la fois pour visibiliser les pratiques d’un nouveau féminisme qui participe à la fois d’un féminisme de la troisième vague, queer ou transhackféministe. Un féminisme s’intéressant aux pratiques corporelles et à la de/construction des genres. La carte réunira des militants, des artistes et des théoriciens de façon à croiser les perspectives qui relèvent d’un « penser, agir et créer » On rendra compte de la construction des réseaux et de l’utilisation des technologies de la communication (de la revue universitaire au webzine en passant par facebook) par les acteurs de ce féminisme. Le but est de faire rhizome en mettant en relation des points éloignés, de faire ressortir les enjeux actuels du féminisme et du queer, mais aussi de garder une forme ouverte de manière à ce que cette cartographie puisse être complétée par les réflexions de tout.e un.e chacun.e.