Détail ::::::
Animatrice : Véronique Lussier (UQAM)
Titre : Itinérance au féminin et intervention communautaire : des réponses à une réalité complexe, entre conditions sociales et enjeux psychiques - Séance 2
Résumé : -

Auteure : micheline cyr (Auberge Madeleine)
1 - L’Auberge Madeleine : pratique féministe, reconnaissance des compétences et des stratégies de femmes en situation d’itinérance
L’Auberge Madeleine est une ressource accueillant des femmes en difficulté ou en situation d’itinérance. Elle intervient à partir d’une approche féministe qui se veut la plus souple et la plus flexible possible visant à répondre à des demandes spécifiques. L’Auberge travaille avec la notion de stratégies et tente de mettre en évidence les compétences des femmes plutôt que d’insister sur des pathologies ou sur un état de victime. Elle cherche à valider l’expérience individuelle et sociale des femmes et les aide à évaluer et à mobiliser leurs ressources sans oublier pour autant les situations multiples d’exclusion qu’elles rencontrent. Une des réalités/difficultés de ces femmes est l’accès ou le retour, voire la pérennité en logement. Quel est le meilleur moyen de répondre à cette demande? Comment tenir compte de la demande des femmes dans le rapport au lieu habité? Comment concilier les périodes de continuité/discontinuité dans le parcours résidentiel? C’est de l’ensemble de ces questions dont nous discuterons lors de notre présentation.
Auteure : Geneviève Desjardins (UQAM)
Le-s co-auteure-s : Shirley Roy (UQAM)
2 - Réflexions théoriques autour de l’approche de l’Auberge Madeleine venant en aide aux femmes en difficulté ou en situation d’itinérance
L’Auberge Madeleine incarne une aide fondamentale pour les femmes qui la fréquentent en termes de repli et d’écoute et favorise des liens qui perdurent dans le temps et constituent une sécurité. Elle constitue pour les femmes une forme de rattrapage lorsqu’elles sont en difficulté et une aide concrète lorsqu’elles sont stabilisées en logement, contribuant à combler les failles ou les manques dans de multiples dimensions de leur vie. L’aide prodiguée par l’Auberge se présente comme une aide en termes de continuité dans la discontinuité de la trajectoire de ces femmes. Comment appréhender et construire cette continuité dans la discontinuité ? Nous pensons que la sortie de l’itinérance doit être réfléchie en termes de solutions imbriquées : acquérir un espace de vie, mais aussi s’appuyer sur des ressources qui offrent un panorama d’aides et un repli lors de périodes plus difficiles. De même, une différence fondamentale entre l’approche de l’Auberge et celle du Logement d’abord est que la ressource d’aide est ancrée dans un lieu physique. Dans ce sens, nous pouvons réfléchir à ce que cette «matérialité» induit de différent dans l’intervention et auprès de ces femmes. Que permet-elle ? A-t-elle un rôle dans la «sortie» de l’itinérance de ces femmes, et si oui lequel ? Finalement, nous discuterons plus largement l’approche de l’Auberge Madeleine : quelles sont ses particularités ? Que partage-t-elle avec l’approche d’autres maisons d’hébergement ? Que propose-t-elle de différent ? Ce sera autour de ces thèmes que nous discuterons et avancerons des pistes lors de notre communication.