Détail ::::::
Animatrice : Julie Silveira (UQAM)
Titre : Les approches féministes en gérontologie sociale : de la recherche à la pratique - Séance 3 - Sens et représentations
Résumé : -

Auteure : valerie bourgeois-guerin (Université du Québec à Montréal)
1 - Réflexion critique sur les représentations du corps des femmes âgées en fin de vie
Le vieillissement est une expérience incarnée qui, sans s’y limiter, implique des transformations corporelles (De Beauvoir, 1970; Garner, 1999; Gullette 2004). En effet, le temps, par la voie du vieillissement, laisse la trace de son passage sur le corps. La maladie incurable est aussi une expérience qui vient s’inscrire dans le corps, altérer ce dernier (Dany et al., 2007). Or, tel que plusieurs féministes l’ont bien décrit, les représentations du corps des femmes âgées sont généralement très négatives (Freixas, 2012). De plus, ce qui évoque la mort et la maladie est souvent mal reçu, dénié ou passé sous le silence (Des Aulniers, 2009). Dans un tel contexte, comment les femmes âgées atteintes d’un cancer incurable vivent elles les transformations qui s’opèrent dans leur corps ? Afin d’apporter des réponses à cette question, nous présenterons une réflexion interdisciplinaire où se croiseront des écrits féministes et de gérontologie sociale, des textes portant sur l’expérience du corps des personnes en fin de vie et des réflexions de femmes âgées atteintes d’un cancer incurable, tirées d’une recherche qualitative réalisée auprès de ces femmes (Bourgeois-Guérin, 2013). Cette conférence laissera entrevoir comment le corps des femmes âgées atteintes d’un cancer incurable pourrait être pensé et vécu autrement. De cette façon, nous entendons dépasser les polarisations des représentations du corps de ces femmes et reconnaître à la fois les souffrances et potentialités de cette expérience.
Auteure : Agnès Florette Noubicier (UQAM)
2 - La foi comme stratégie d'adaptation pour un vieillissement réussi en terre d'accueil : une étude exploratoire apurées de femmes aînées immigrantes
La foi comme stratégie d’adaptation pour un vieillissement réussi en terre d’accueil : une étude exploratoire auprès de femmes aînées immigrantes noires africaines à Montréal Agnès Florette Noubicier, doctorante à l’Institut Santé et Société de l’UQAM La présentation qui suit s'intéresse à l’importance que revêt la foi pour des femmes aînées immigrantes Noires africaines résidant à Montréal. Elle arbore un portrait des diverses difficultés auxquelles est confrontée cette catégorie de personnes dans la recherche d’un vieillissement satisfaisant en terre d’accueil. Les travaux sont issus d’une recherche qualitative et exploratoire portant sur le sens que sept femmes aînées de quelques communautés de l’Afrique Noire, âgées de 65 à 77 ans donnent à leur vieillissement. Les résultats émanant de cette étude reflètent que les femmes aînées interrogées sont arrivées dans le cadre d’un projet familial de migration, en raison d’une situation politique défavorable dans leur pays d’origine, ou encore de leur propre chef. Leur discours indique que de nombreux obstacles jonchent leurs parcours de vieillissement et leur font revêtir des identités multiples. Une analyse intersectionnelle des facteurs qu’elles considèrent comme essentiels pour mener un vieillissement satisfaisant, laisse apparaître que se tourner vers la foi est une stratégie d'adaptation possible dans les réseaux familiaux et sociaux dans leur nouvel environnement. Entre autres éléments, la foi favoriserait leur capacité de résilience et contribuerait considérablement à leur épanouissement et à leur cheminement en terre d’accueil.
Auteure : Maryse Soulieres (UQAM)
3 - Femmes âgées en milieu d'hébergement : réflexions pour des pratiques d'« empowerment »
La présentation permettra un retour sur le mémoire de maitrise déposé en 2007, réalisé auprès de 13 femmes aînées (74 à 98 ans) demeurant en milieu d’hébergement. Dans ces univers largement féminins (tant chez les résidentes que chez les membres du personnel), l’importance des liens sociaux était apparu comme fondamental. Les stratégies d’empowerment utilisées au quotidien par les résidentes âgées se plaçaient en continuité avec les rôles sociaux, majoritairement « féminins », qu’elles avaient endossés tout au long de leur vie. Les conclusions du mémoire permettaient d’esquisser une approche féministe de la défense des droits et de l’empowerment des résidentes âgées. Qu’en est-il aujourd’hui, en 2015, suite aux nombreuses réformes des milieux d’hébergement? Une telle approche est-elle toujours pertinente?