Détail ::::::
Animatrice :  ()
Titre : Lutter contre les violences sexistes en milieu militant. Atelier de réflexion à partir d’expériences internationales, à l’intersection entre art, recherche et militantisme - Séance 1 - Introduction : Refuser l’invisibilité des violences sexuelles et des backlash dans les milieux militants
Résumé : une ébauche de théorisation (ouvert à tout.es)

Auteure : Mélissa Blais (Université du Québec à Montréal (UQAM)/IREF/RéQEF)
Le-s co-auteure-s : Marie Soleil Chrétien (UQÀM et membre de l'IREF); Solveig Hennebert (Lyon)
1 - Introduction : Refuser l’invisibilité des violences sexuelles et des backlash dans les milieux militants: une ébauche de théorisation (ouvert à tout.es)
Cette première séance sera l’occasion de poser les bases théoriques qui permettront de discuter des violences sexuelles en milieu militant et des backlash qui suivent leur dénonciations. Nous comptons définir certains concepts centraux à partir desquels nous proposons de travailler: “culture du viol”, ‘‘culture du silence’’, “backlash”, “autogestion”. Nous réfléchirons aux implications pratiques et théoriques de ces définitions, pour les contextes de dénonciations de violences sexuelles dans les milieux militants que nous connaissons (essentiellement en France, au Québec, en Allemagne et en Bolivie), depuis les 20 dernières années. Par ailleurs, nous soulignerons divers écueils théoriques observés notamment dans la littérature portant sur le “backlash”, trop souvent pensé comme un ressac conservateur, voire de droite (Faludi, 1992; Perrot, 1999; Dragiewicz, 2008; Mansbridge, 2008). Or, qu’en est-il lorsque le “backlash” survient dans des milieux de gauche ou “progressiste” ? Quelle forme particulière prend un “backlash” lorsqu’il se déploie après une dénonciation d’agression sexuelle dans ces milieux ? Les savoirs militants féministes des collectifs autonomes seront mobilisés afin de combler en partie les vides analytiques des études féministes, de la sociologie et de la science politique en ce qui a trait au ‘‘backlash’' post-dénonciation des milieux de gauche. Ainsi, nous comprenons ces éléments de théorie non pas comme des “dogmes” figés mais comme des pistes de réflexion à approfondir ou interroger dans les séances suivantes.