Détail ::::::
Animatrice : Marie-Andrée Bergeron (University of Calgary)
Titre : Perspectives étudiantes : enjeux des publications féministes
Résumé : Noms des participant.e.s, affiliation et revue qu’elle ou il représente: • PolitiQueer : Bruno Laprade, UQAM, Montréal, Canada • Françoise Stéréo : Catherine Lefrançois, Membre du collectif de rédaction de Françoise Stéréo, diplomée de l’Université de Montréal, Québec, Canada • Subversions : A Journal of Feminist Queries : Stéphanie Dufresne, Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia, Montréal, Canada • Revue Contours : Suzanne Zaccour, McGill, Montréal, Canada • Yiara Magazine : Isabelle L’Heureux, Concordia, Montréal, Canada • FéminÉtudes : Sandrine Bourget-Lapointe, UQAM, Montréal, Canada Dans le cadre du 7e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie, le comité de rédaction de la revue FéminÉtudes propose d’organiser une table ronde ayant pour thème la place des revues féministes, particulièrement des revues étudiantes, dans les discours et la recherche féministe. Cette table a comme objectif premier de réunir des représentant.e.s de plusieurs revues pour générer une discussion autour des enjeux de l’édition d’une revue féministe : Quelle est la place réservée aux publications féministes, notamment dans le milieu universitaire ? Quel type de réception reçoivent-elles ? Quels obstacles rencontrent-elles ? Qu’en est-il de leur contenu, des thématiques choisies ? Permettent-elles de faire avancer les causes féministes, les débats ? Est-ce là l’intention de ces revues ? En quoi les revues étudiantes se distinguent-elles des revues savantes institutionnelles ? Les échanges auront pour but de proposer des perspectives intéressantes pour le futur de ce type de publication, en plus de réfléchir à ce qui touche à l’implication dans un tel comité de rédaction. De plus, la table ronde proposée vise à donner une visibilité aux différentes revues et à créer des liens entre les différentes structures. En effet, nous sommes d’avis qu'enrichir cette solidarité pourrait lancer des projets intéressants permettant de continuer à réfléchir sur les enjeux que nous aborderons. Ceux-ci seront revisités à la lumière du contexte actuel, lequel présente peu d’occasions, pour les membres des comités de rédaction, d’échanger avec des collègues d’autres milieux. Penser en dehors du cadre au sein duquel nous réfléchissons normalement, c’est-à-dire celui de nos comités respectifs, sera, nous l’espérons, fécond pour chacun.e des participant.e.s de cette table ronde. À la fois, nous souhaitons qu’elle permette de former un réseau solidaire entre les espaces de réflexion que sont les publications féministes.