Détail ::::::
Animatrice : Isabelle fortin (chercheuse et consultante Internationale)
Titre : Développement international: genre, femmes, féminismes - Séance 4 - Féminisme, politique, développement et aide humanitaire en Haïti: leçons à tirer
Résumé : Responsables : Denyse Côté Professeure titulaire ORÉGAND/Université du Québec en Outaouais Réseau québécois en études féministes (RéQEF) Ryoa Chung Professeure agrégée Département de Philosophie Université de Montréal Réseau québécois en études féministes (RéQEF) Résumé: La déferlante sismique du 12 janvier 2010 a fait de nombreuses victimes, laissé d’importantes cicatrices humaines, détruit des quartiers entiers de Port-au-Prince, Jacmel, Léogâne et causé d’importantes vagues de déplacements internes. Le mouvement féministe haïtien a aussi pleuré la disparition de plusieurs de ses leaders, de professionnelles et cadres du Ministère de la Condition et des droits des femmes, d’allié/es du mouvement au sein du gouvernement et de la société civile. Tous/tes les résident/es de la zone ont été affectées personnellement, y compris celles actives en matière de droits des femmes. Les cicatrices de ce séisme sont aussi systémiques. Car l’arrivée des contingents humanitaires, jumelée à la présence de la MINUSTAH depuis 2004, ont des retombées sur les dynamiques internes au pays. Outre les réorganisations rendues nécessaires par le désastre, l’intervention étrangère modèle fortement l’échiquier social, politique et économique. Ce panel abordera la situation post-séisme des femmes haïtiennes, du mouvement féministe et des institutions haïtiennes chargées de l’égalité. Elle visera à briser le stéréotype omniprésent dans l’imaginaire occidental (y compris dans l’imaginaire féministe occidental) qui limite la réalité haïtienne à l’extrême pauvreté et construit les femmes haïtiennes en victimes impuissantes. Au contraire, ces dernières ont été et sont encore des actrices importantes de la vie économique et politique de leur pays traversé, certes, par coutumes et attitudes patriarcales mais aussi par un mouvement féministe qui a provoqué d’importantes percées politiques importantes en matière d’égalité.

Auteure : Sandra Jean-Gilles (Université Quisqueya)
1 - Canaan : formes contemporaines d'urbanisation spontané ou une expression concrète du droit à la terre pour les femmes
Le séisme du 12 janvier 2010 en dépit de ses incalculables dégâts humains, et socio-économiques a aussi produit les déterminants nécessaires à l’exacerbation d’un phénomène urbain de première importance en Haïti, nous faisons référence à la bidonvilisation accélérée. Devant l’immensité du travail que réclamaient les personnes sinistrées logées dans de multiples camps, le gouvernement de l’époque, pressé de fournir des alternatives rapides aux nécessités de trouver de nouveaux espaces résidentiels, va prendre des mesures exceptionnelles en ce qui a trait à l’élargissement de l’espace public de l’État haïtien. Le Nouveau territoire de Canaan est né de cette perspective. L’invasion constatée au niveau de cet espace est une preuve flagrante du déficit de structuration ayant accompagné le processus de relocalisation des sinistré/es. Ce défi d’urbanisation rapide rejoint un autre phénomène marginalisé de ce processus ; les femmes ont été les premières et les seules, à bien maitriser l’opportunité représentée cette mesure en termes d’accès à la terre et aux espacées de résidence dans un contexte urbain difficile. Notre communication mettra en lumière, les enjeux d’accès et d’activation du droit la terre ainsi que les mécanismes qu’elles mettront en œuvre pour la plupart, afin de conserver durablement cet acquis concret mais fragile
Auteure : Pauline Lecarpentier (EHESS-Marseille)
2 - L'adoption de la loi sur la paternité responsable en Haïti
Cinq ans après le tremblement de terre, la réforme sur la "paternité responsable" est théoriquement entrée en application en Haïti. Vaste chantier initié dès les années 2006 par le mouvement féministe haïtien, il s'agissait alors de s'attaquer à la situation des trop nombreux pitit deyo ("enfants en-dehors"), qui en droit comme en pratique sont l'objet -et leur mère avec eux- de nombreuses discriminations. Au cœur de très vifs débats de société avant le tremblement de terre, le projet de loi, profondément amendé, est finalement voté par les députés le 10 mai 2010, et, plus de deux ans plus tard, cette fois-ci presque sans débats et à l'unanimité, par les sénateurs. Cependant, il faudra attendre le 4 juin 2014 pour que le Président de la République, qui empêchait l'entrée en vigueur de la réforme, accepte finalement de promulguer le texte dans le cadre d'une série de concessions négociées avec l'opposition. La "loi sur la paternité, la maternité et la filiation" abroge donc théoriquement les mesures discriminatoires à l'endroit des enfants naturels et adultérins héritées du droit napoléonien. Force est cependant de constater que ce texte de loi pose de nombreux problèmes sur la forme comme sur le fond, illustrant les faiblesses des processus législatifs en Haïti. Il s'agira donc d'étudier dans une perspective de sociologie législative les rapports de force en jeu sur ce sujet encore sensible en Haïti, ainsi que l'évolution du positionnement du pouvoir exécutif -et plus particulièrement du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes.
Auteure : Ryoa Chung (Université de Montréal)
3 - Une perspective féministe sur les vulnérabilité structurelles de santé en contexte de désastre
Dans le cadre de cette présentation, j'exposerai le cadre conceptuel des "vulnérabilités structurelles de santé" qui guident nos recherches actuelles. Dans le contexte plus ciblé des crises humanitaires causées par des "désastres naturels", il sera question de mettre en lumière les recoupements que l'on peut établir avec les perspectives féministes de E. Enarson au sujet de "genre et désastre naturel" afin d'illustrer de quelle manière les "vulnérabilités genrées de santé" sont une illustration percutante des "vulnérabilités structurelles de santé". Cet exposé présentera également les résultats partiels d'une étude de cas portant sur la réponse humanitaire suite au séisme en Haïti qui nous ont aidé à étoffer le cadre conceptuel des vulnérabilités structurelles et genrées de santé dans le contexte d'une catastrophe naturelle. Il y aura lieu de démontrer la nécessité de "dénaturaliser" les désastres naturels à l'aune d'un angle d'analyse plus élargi prenant en considération les facteurs socio-politiques et historiques nous permettant de mieux comprendre l'ampleur des conséquences sociales d'une catastrophe causée par des facteurs naturels. Dans la foulée de cette hypothèse de recherche, nous sommes mieux en mesure d'identifier les vulnérabilités genrées de santé en contexte de crise humanitaire qui pointent en direction d'inégalités structurelles pré-existantes au désastre.