Détail ::::::
Animatrice : Anne Robineau (Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques)
Titre : 527 - Des mouvements des femmes
Résumé : -

Auteure : Anne Robineau (Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques)
Le-s co-auteure-s : Sophie Bouffard (Université de Regina)
1 - 100 ans après le premier mouvement des femmes de la francophonie canadienne : portrait, défis et enjeux
Cette communication a pour but de présenter un portrait associatif et sociodémographique des femmes de la francophonie canadienne, c’est-à-dire celles qui, à l’extérieur du Québec, vivent dans un contexte linguistique minoritaire. Une première partie de la présentation fera état de diverses caractéristiques de cette population aujourd’hui (scolarité, revenu, profession) en s’appuyant sur des données récentes. La seconde partie sera consacrée aux débuts du milieu associatif. Il sera, entre autres, question des premiers regroupements de femmes pour l’éducation en français qui ont amorcé le mouvement, puis de la façon dont il s’est institutionnalisé. Enfin, nous aborderons les défis actuels du milieu associatif concernant la relève, le maintien et l’élargissement de sa mission et la transmission d’une mémoire collective. Pour illustrer ce dernier aspect, nous prendrons l’exemple d’un événement organisé par l’organisme national, l’Alliance des femmes pour la francophonie canadienne, et dans lequel cent femmes ont été honorées pour avoir contribué à la défense des droits des femmes et à la reconnaissance de leur rôle dans la société.
Auteure : MIRLA CISNE (Unversidade do Estado do Rio Grande do Norte)
2 - Conscience militante féministe au Brésil
La formation de la conscience dans la société capitaliste est traversée par les rapports sociaux de sexe, de «race» et de clase. Dans le cas particulier des femmes, ce processus est plus difficile a cause d'être impliquées dans les relations patriarcales, d'appropriation et d'exploitation résultant de la division sexuelle du travail associée a une idéologie d'une supposée nature féminine. Le sens général de cette travail est de comprendre la formation de la conscience militante féministe et de ses développements majeurs dans la lutte des classes au sein du gouvernement Lula. Nous avons effectué une recherche bibliographique, documentaire et de champs. Ce dernier a été développé avec d'entrevues avec de 7 militants chacun de ces mouvements: Articulation des femmes brésiliennes, Marche mondiale des femmes et le Mouvement des femmes rurales. S'élève 21 entrevues articulés les documents de recherche documentaires produites par ces mouvements, ainsi que la base théorique acquise dans la littérature de recherche, nous avons obtenu les principales conclusions: 1.Le féminisme contribue à la radicalisation de la démocratie et de la tension dans les relations de hiérarchie présents même à l'intérieur des organisations de gauche; 3.Les politiques publiques dans le gouvernement Lula, ne correspondait pas à une perspective féministe, parce que n'a pas rompu avec la responsabilité de la femme par la reproduction sociale anthroponomique. 4.L'autonomie politique et financière est le principal défi pour le mouvement féministe au Brésil. 5.Le processus de formation de la conscience des militants féministes implique des éléments indispensables aux femmes: (a) l'appropriation de soi et de la rupture avec la naturalisation du sexe, (b) le sortir de la maison, (c) l'identification avec une autre femme de sa féminité (d) l'importance du groupe et de l'activisme politique en un mouvement social, (e) la formation politique associée à des luttes concrètes de revendication et affrontement.
Auteure : Raphaelle Bessette-Viens (Haute école de travail social et de la santé)
3 - Mouvements féministes en Suisse romande, ruptures et continuités
Titre : Mouvements féministes en Suisse romande, ruptures et continuités Coordonnées : Raphaëlle Bessette-Viens, Chargée de recherche Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne (HES·SO) Ch. des Abeilles 14 | CH - 1010 Lausanne raphaelle.bessette-viens@eesp.ch Mots clés : générations – modalités de l’engagement militant – mouvements féministes Résumé: Cette proposition de communication libre s’inscrit dans l’axe thématique 3. Pratiques féministes, militantisme et mouvement des femmes. La communication s’appuie sur un mémoire de maîtrise en études genre à l’Université de Genève qui interroge les évolutions du paysage féministe à Genève et à Lausanne, en Suisse, des années 1970 à aujourd’hui. Dans le contexte du CIRFF, la communication se centrera sur les formes contemporaines du militantisme féministe en Suisse romande. La recherche se base sur les propos d’une dizaine de militantes féministes actives depuis les années 1970, 1990 ou 2000, recueillis dans le cadre d’entretiens individuels et d’un groupe de discussion. Elles ont été interrogées au sujet de leur engagement, de leurs parcours militants et de leur perception du paysage féministe suisse romand. L’analyse des entretiens montre des éléments de rupture et de continuité dans et entre les mouvements militants féministes, que l’on peut comprendre en fonction de leurs contextes historiques d’émergence. Dans le cadre de cette communication, je m’intéresserai à l’un des éléments de rupture : la participation individualisée. Cet élément est ressorti des discours des militantes ayant débuté leur parcours féministe dans les années 2000 et se caractérise par un engagement plus spontané et éphémère. Ce changement dans les modalités d’engagement est influencé par le développement du féminisme d’état, les mouvements sociaux environnants (mouvements d’occupation, mouvement altermondialiste) ainsi que le développement des études genre. La participation individualisée témoigne des reconfigurations des groupes et des formes d’engagement et de la définition même de l’activité militante féministe.
Auteure : Alice Romerio (Université Paris 8)
4 - Sociohistoire de la professionnalisation du militantisme au sein du Mouvement Français pour le Planning Familial : résistances et conséquences
Dans le cadre de ma thèse de doctorat, j’étudie les conditions d’émergence de la figure de « militante professionnelle féministe » au sein du Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF). Il s’agit ainsi d’analyser les mutations de cette association féministe à partir de la question de la professionnalisation du militantisme féministe à l’intersection de la sociologie du genre, de l’engagement et des professions. Afin de saisir les enjeux et les modalités de la professionnalisation au MFPF, je développe plusieurs niveaux d’appréhension de ce processus : un volet ethnographique à l’échelle locale avec une étude des trajectoires individuelles et des pratiques professionnelles et militantes des salariées dans plusieurs associations départementales, ainsi qu’un volet sociohistorique à partir du dépouillement des archives de la confédération nationale de l’association et de celles du Conseil Supérieur de l’Information sexuelle, de la régulation des naissances et de l’information familiale. Je souhaite aborder ici la sociohistoire de la professionnalisation au MFPF selon deux angles principaux : - Comment le MFPF s’est opposé aux autres associations oeuvrant dans le domaine du conseil conjugal et familial et de l’éducation sexuelle aux origines diverses (organisation religieuse, organisation d’experts scientifiques etc.) au sein du CSIS dans les années 1970 pour revendiquer une pratique militante ; - Comment la construction d’un espace professionnel du conseil conjugal et familial en France, conséquence de la loi Neuwirth et des lois Veil, a affecté le recrutement, la formation et les pratiques des militantes du MFPF. Je propose ainsi une analyse sociohistorique de la professionnalisation du militantisme féministe en France à partir de l’étude des conditions d’émergence de ce processus et de ces effets sur le militantisme au MFPF.