Détail ::::::
Animatrice : Sandrine Bourget-Lapointe (UQÀM)
Titre : 530 - Militantisme – participation
Résumé : -

Auteure : Nesrine Bessaih (L'R des centres de femmes du Québec)
Le-s co-auteure-s : Hareen Camden (Entre-Femmes à Rouyn-Noranda); Diane Lamothe (Centre de femmes de Verdun)
1 - Faire autrement avec toutes : l'enjeu de la participation dans les centres de femmes du Québec.
Depuis 2010, les 90 centres membres de L’R des centres de femmes du Québec se sont engagés dans une démarche de réappropriation de leur base d’unité politique, de leurs pratiques d’éducation populaire, de délibération et d’intervention féministe. La question de la place des participantes dans les centres de femmes et dans le regroupement provincial a été prépondérante tout au long de la démarche. Quels sont les différents moyens qui ont été pris pour favoriser la participation des femmes à la vie démocratique et associative des centres de femmes et de leur regroupement? Quels sont les impacts de ces moyens sur la participation des femmes, sur les centres et sur le regroupement? Parmis les moyens, on s’intéressera, entre autres, à une recherche-action pilotée par un comité d’encadrement composé de travailleuses et de participantes de centres. Cette recherche sur la participation des femmes vise à explorer comment les pratiques des centres changent le rapport des personnes exclues à elles-mêmes et à la société et comment elles en arrivent à transformer l’exercice de la citoyenneté et de la démocratie.
Auteure : Alice Romerio (Université Paris 8)
2 - Au croisement du travail et du militantisme, interroger les pratiques féministes. L'exemple des conflits au travail au sein du Mouvement Français pour le Planning Familial
Dans le cadre de ma thèse de doctorat, j’étudie les conditions d’émergence de la figure de « militante professionnelle féministe » au sein du Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF). Il s’agit ainsi d’analyser les mutations de cette association féministe à partir de la question de la professionnalisation du militantisme féministe à l’intersection de la sociologie du genre, de l’engagement des professions. Afin de saisir les enjeux et les modalités de la professionnalisation au Planning Familial, je développe plusieurs niveaux d’appréhension de ce processus : volet sociohistorique, ainsi qu’un un volet ethnographique à l’échelle locale avec une étude des trajectoires individuelles et des pratiques professionnelles et militantes des salariées dans plusieurs associations départementales. La communication que je propose ici se fonde sur l’enquête ethnographique que j’ai réalisée dans une association départementale. Il s’agira d’interroger ce que le travail fait au militantisme féministe et ce que le militantisme féministe fait au travail, à partir des situations de conflits que j’ai observées. Je m’appuierai notamment sur le cas de la délivrance de « certificats de virginité » qui a suscité de vives tensions au sein de l’équipe. Cette situation de conflit au travail sur un sujet qui vient questionner les positions militantes des salariées, permet de rendre visible la divergence de cultures militantes, de cultures professionnelles et de rapport au travail. En effet, plusieurs registres de légitimation de leurs positions sont mobilisés dans le cadre de ce conflit : certaines mobilisent leurs engagements féministes et d’autres leur « déontologie professionnelle ». Je propose ainsi une analyse d’un militantisme féministe en acte, dans le quotidien des situations de travail permettant d’interroger à nouveau frais l’institutionnalisation du féminisme en France.
Auteure : Katherine Ruault (UQAM)
3 - Le féminisme dans les organisations mixtes de défense de droits
Articuler les luttes féministes avec celles contre le capitalisme sous toutes ses formes est l’un des défis importants des mobilisations actuelles vers le changement social. C’est pourquoi cette communication propose d’exposer les résultats d’une recherche de maîtrise portant sur le féminisme dans deux organisations de défense de droits ayant des principes allant dans ce sens et regroupant des hommes et des femmes. Cette recherche — basée sur des entrevues individuelles — tend ainsi à comprendre en quoi le militantisme mixte peut contribuer aux luttes féministes et à la transformation des rapports sociaux de sexes. D’abord, au plan théorique, cette présentation survolera rapidement la consubstantialité des rapports sociaux de classe et de sexe. De ce fait, les dynamiques organisationnelles de ces deux organismes seront analysées sous un angle féministe. Il sera question de la répartition des tâches et du pouvoir, des rapports de domination genrés ainsi que de la construction sexuée des structures et modes de décision. Ensuite, il sera question des différentes possibilités et stratégies féministes qu’offrent ces lieux de luttes. Bref, cette présentation mettra en lumière les forces ainsi que les limites de l’articulation des rapports sociaux de sexe et de classe dans l’optique de réfléchir à l’articulation des luttes contre le néolibéralisme et le patriarcat.
Auteure : Bruno Laprade (UQAM)
4 - Penser le Village gai à l'aide d'outils féministes : non-mixité, culture du viol et tourisme sexuel
Les discours officiels entourant le Village gai (tant dans son manifeste que dans les interventions des agents institutionnels) cherchent à le montrer comme un espace ouvert et accueillant, autant pour l’ensemble des personnes LGBT que pour les hétérosexuels. Pourtant, l’exclusion d’une femme du bar le Stud en 2007 et la fermeture du bar lesbien le Drugstore en 2013 ravivent la question de la réelle inclusivité du Village gai. Cet enjeu avait également été soulevé par les groupes jeunesses LGBT qui, depuis 2006, se questionnaient sur l’accessibilité et la sécurité de ce quartier pour les jeunes, ce pourquoi ont été mises en place les marches exploratoires et critiques « Comment penser le village gai ? » Avec les années, ces marches ont pu se bonifier grâce aux réflexions féministes. Ainsi, des analyses prenant en compte la non-mixité des espaces (réservés aux hommes cissexuels), la place de la culture du viol dans la communauté gaie de même que la part importante que joue le tourisme sexuel dans le tourisme rose renouvellent la vision que l’on peut avoir de ce tronçon de la rue Ste-Catherine. Plus encore, ces analyses permettent de faire ressortir la place importante de l’âge dans la mise en place de mécanismes d’exploitation économique. Cette communication désire revenir sur les apprentissages qui ont été fait durant ces marches et les possibilités d'actions qui en découlent.