Détail ::::::
Animatrice :  ()
Titre : Colloque 240 - Séance 4 - Catégories d'âges et de sexe au travail: usages et normes
Résumé : -

Auteure : Anne Perriard (Université de Lausanne, éésp)
1 - L’âge dans les politiques sociales : la construction de figures de la dépendance problématique
En Suisse, dans le canton de Vaud, des politiques sociales de l’emploi dites actives ont pour cible des catégories d’âge telles les « jeunes adultes en difficulté », les « familles pauvres » ou encore les personnes proches de la retraite. Elles envisagent l’indépendance principalement comme l’autosuffisance financière fondée sur la norme genrée et ethnicisée de l’homme gagnepain. Du point de vue des politiques sociales, l’indépendance demeure l’apanage de l’emploi, niant le caractère de dépendance du salariat et reléguant le travail non salarié à un statut inférieur. (Fraser & Gordon, 1994) De plus, l’emploi étant l’attribut de l’âge adulte, cette définition renforce les inégalités de statut lié à l’âge et la norme mythique de l’adulte autonome (Lorde, 1983; Priestley, 2000) qui contribue à dévaluer la dépendance. (Young, 2003) Grâce un matériau empirique fondé sur 78 entretiens menés auprès de professionnel·le·s du travail social entre 2012 et 2014, cette communication s’attache à saisir les articulations des systèmes d’inégalités d’âge, de genre et d’ethnicité qui participent à problématiser ou au contraire rendre invisibles certaines figures de la dépendance. Les discours du personnel du travail social permettent de ne pas se limiter aux politiques sociales mais d’aller voir ce qui se passe dans les pratiques et d’induire des formes de dépendance « silenciées» (Penafiel, 2014).
Auteure : Dominique Tanguay (Université Laval)
2 - Conciliation travail-études-famille : impacts croisés du sexe et de l'âge des parents
Bien que la conciliation travail-famille ait attiré beaucoup d’attention dans les recherches au cours de la dernière décennie, la conciliation des études et des autres rôles de vie demeure peu étudiée. Or, les statistiques indiquent qu’une portion non négligeable de la population étudiante universitaire conjugue maintenant formation, travail rémunéré et responsabilités familiales. Comment est vécue la conciliation études-travail-famille par les pères et par les mères? Est-ce que cette expérience diffère selon l’âge auquel elle se déroule? Afin de répondre à ces questions, cette communication présente une analyse des impacts du sexe et de l’âge sur la conciliation études-travail-famille, à partir d’une recherche qualitative menée auprès de vingt-quatre mères et onze pères inscrits dans un programme de doctorat. L’échantillon est composé de parents de différents groupes d’âge, les plus jeunes ayant un parcours académique linéaire alors que les plus âgés ont interrompu leurs études pendant plusieurs années avant de débuter leurs études doctorales. Des entrevues individuelles et un questionnaire ont été utilisés afin de mieux connaître les formes de travail accompli par ces parents, les stratégies et les sources de soutien qui leur ont été bénéfiques, ainsi que leur appréciation de leur expérience. Les résultats permettent de constater les progrès accomplis et les résistances toujours présentes, ainsi que de nourrir la réflexion sur les transformations de la division sexuelle du travail.
Auteure : Hélène Martin (HES·SO)
3 - Les politiques d'âge et de sexe dans la relation thérapeutique en physiothérapie
La communication se base sur une recherche en cours de valorisation, qui a porté sur la relation thérapeutique en physiothérapie. Qualitative, elle a procédé par la réalisation et l’analyse d’entretiens : trois entretiens de groupe ont permis de monter quatre scénarios mettant en scène un·e physiothérapeute confronté·e à une situation sexuellement ambiguë; ces scénarios ont ensuite été soumis et commenté par 20 physiothérapeutes diplômé·e·s dans le cadre d’entretiens individuels semi-directifs. L’analyse de leurs discours permet de montrer comment les rapports d’âge et de sexe s’imbriquent dans la production de figures d’hommes et de femmes associées avec différentes formes de sexualité. La communication montrera que les catégories d'âge, contrairement à celles de sexe, sont explicitement mobilisées par les physiothérapeutes pour expliquer le risque de sexualisation de la relation ; naturalisées, ces catégories justifient des conditions de travail différenciées pour les hommes et pour les femmes physiothérapeutes. En effet, sur le parcours de vie, l’imbrication du rapport d’âge et de sexe produit une figure relativement constante d’homme sexuellement actif et plusieurs figures de femmes diversement positionnées par rapport à la sexualité mais dont il est toujours attendu qu’elles contrôlent la sexualité des hommes. Dès lors, les situations dans lesquelles une physiothérapeute est confrontée à la sexualisation de la relation thérapeutique sont à la fois diversifiées et nombreuses, mais banalisées, alors que celles dans lesquelles un physiothérapeute est confronté à la sexualisation de la relation thérapeutique paraissent extraordinaires et particulièrement délicates à gérer.
Auteure : armelle Testenoire (DYSOLA Université de Rouen)
4 - Normes d’âge et parcours sexués
A la suite de Google, les sociétés Facebook et Apple proposent de financer la congélation d’ovocytes de leurs salarié·e·s afin de permettre à leurs salariées de mener leur carrière selon la norme d’âge requise par l’entreprise. Elles prévoient à cet effet un financement à hauteur de 20 000$ par salariée. « Congelez vos oeufs, libérez votre carrière » titrait le magazine Bloomberg Businessessweek en avril dernier Ce dispositif présenté par Sheryl Sandberg n° 2 de Facebook comme une mesure visant à promouvoir l’égalité entre les sexes est l’objet de polémiques aux Etats-Unis. Ces débats posent la question de l’emprise croissante des temporalités professionnelles sur les parcours des femmes et des hommes. A partir de plusieurs enquêtes biographiques menées auprès de jeunes femmes et de couples, cette communication se propose d’analyser les inégalités sexuées liées à cette emprise croissante des temporalités professionnelles, et en particulier leur impact sur l’insertion professionnelle et les carrières. Nous montrerons que ces effets se déclinent néanmoins de manière différenciée selon la classe sociale.